DOSSIER

Pour tout comprendre sur le diabète gestationnel

Consultez les explications du professeur Lionel Carbillon, chef du service de Gynécologie Obstétrique à l'hôpital Jean-Verdier à Bondy, et deux films d’animation expliquant le diabète gestationnel et que faire après l’accouchement.

Continuer
DOSSIER

Variations de la glycémie sur 24 heures

Une maladie insidieuse à ne pas négliger. La glycémie varie durant le nycthémère, essentiellement sous l'influence des repas. Difficile à détecter avec les tests habituels, l'hyperglycémie postprandiale constitue une première étape d'une évolution vers le diabète. Elle est de plus fortement corrélée avec le risque cardiovasculaire. La première réponse est hygiéno-diététique, avant de passer à la prise en charge médicamenteuse

Continuer

Article

"Je crois que je ne m'habituerai jamais à l'idée que j'ai une maladie à vie ..."

Claude Colas

Textes écrits sous la supervision du Docteur Claude Colas

Endocrinologue/Diabétologue libérale, Paris

"Je crois que je ne m'habituerai jamais à l'idée que j'ai une maladie à vie ..."

Atteint d’un diabète de type 1 ou d'un diabète de type 2, vous vivez peut-être avec la maladie depuis un certain temps et vous l’avez probablement acceptée.

Si le diagnostic est récent, sachez que le processus d’acceptation est lent, qu’il peut prendre plusieurs années…

Le moral des patients, chiffres

Pour visualiser l’ensemble de l’étude Dawn 2, cliquer ICI   

Dans tous les cas, l’essentiel est que vous acceptiez votre traitement et les changements qu’entraîne le diabète dans votre mode de vie : les repas équilibrés et moins gras, l’introduction de l’exercice physique au moins 30 minutes par jour…

Pour le reste, vous pouvez tout à fait décider de ne pas vous considérer comme une personne malade. Et ceci d’autant plus qu’un diabète bien géré au quotidien permet d’avoir une vie (presque) normale.

Tout au long de cette maladie vous traverserez probablement des périodes de doute, de lassitude face à la lourdeur des traitements, voire d’anxiété quant à votre vie à venir. C’est tout à fait normal d’avoir des hauts et des bas. L’essentiel est que vous puissiez en parler, dans votre couple, avec vos proches, avec d’autres patients. Et même si vous ne souhaitez pas rappeler à votre entourage que vous êtes malade, dites-vous que personne ne sera d’un meilleur soutien que ceux qui tiennent le plus à vous.

Apprenez-leur à reconnaître les signes de vos hypoglycémies avant vous… Les hypoglycémies, liées à un surdosage en insuline ou à un repas sauté, peuvent vous plonger dans un état second qui peut vous rendre agressif vis-à-vis d’eux. C’est pourquoi il est nécessaire de bien leur expliquer les symptômes et de leur donner les moyens de vous resucrer.

À retenir

Accepter sa maladie ou pas, c’est une décision qui appartient à chacun et qui, de toute façon, prend du temps. Mais, si vous traversez des moments de blues dus à votre diabète, alors sachez que vous pourrez vous reposer sur vos proches. Alors n’hésitez pas à bien les informer sur la maladie, pour leur donner tous les moyens de vous aider.

Date de mise à jour : 14/11/2017

suggestion d’articles

"Il paraît que pour bien vivre avec mon diabète, je dois d'abord accepter ma maladie ..."

Le processus d’acceptation de la maladie est très lent, il peut parfois prendre plusieurs années. Alors, dites-vous que rien ne presse, que vous avez tout le temps d’apprendre à vivre avec. Ce qui est...

"J'ai souvent des petits coups de blues, est-ce normal ?"

Tout d’abord, il est parfaitement normal d’avoir des hauts et des bas (comme pour les glycémies), même lorsque l’on n’est pas malade car la vie est ainsi faite. Mais il est vrai aussi que le diabète a...

Education thérapeutique : comment peut-elle favoriser l'autonomie des patients ?

En matière de diabète, la plupart des professionnels reconnaissent que les simples informations ne suffisent pas : l’éducation thérapeutique permet d’améliorer la gestion de la maladie par le patient,...