• Dossiers
    • « Les fous-rires, la complicité, c’est la vie ! »

      Un membre de l'association OSE témoigne sur l'importance des groupes de parole pour échanger sur le diabète. 

      Quel rôle joue l’association dans votre vie ?

      En 20 ans, l’association OSE s’est installée en moi car elle m’a beaucoup apporté. Sa 1ère vocation était d’aider les jeunes récemment diagnostiqués dans leur diabète. À l’époque, les réunions m’ont permis de mettre de la normalité dans ce que je vivais. Le diagnostic est un passage difficile, surtout quand on a 20 ans et l’association peut aider à retrouver un sentiment de contrôle sur sa vie. Aujourd’hui, je n’oublie pas cette démarche de partage et j’ai envie de donner en retour ce que l’association m’a permis de recevoir.

      En quoi le fait de rencontrer d’autres patients diabétiques vous a-t-il aidé ?

      Je me suis rendu compte qu’ils se posaient les mêmes questions que moi. Le sentiment d’appartenir à un groupe m’a également fait du bien. Le diagnostic, c’est le sentiment que la vie vous échappe. Alors que les fous-rires, la complicité, c’est la vie !

      Est-ce que les groupes de discussion vous ont apporté au niveau pratique ou plutôt psychologique ?

      Les deux. La dimension pratique n’est pas la plus importante, mais on apprend forcément des choses, sur les nouvelles insulines par exemple. Mais c’est surtout la dimension psychologique qui fait la différence entre OSE et d’autres associations. Les groupes de parole jouent un rôle évident dans l’équilibre psychologique. Ce qui permet plus facilement d’atteindre l’équilibre glycémique par ailleurs je pense.

      Quels ont été, pour vous, les sujets les plus importants abordés lors des réunions de l’association ?

      Les comportements pendant les hypos, être à l’écoute de son corps ou les relations avec l’entourage.

      Justement, pensez-vous qu’une association comme OSE peut également apporter à l’entourage des patients ?

      Tout à fait. Beaucoup de patients viennent avec leur conjoint car ils sont en 1ère ligne et ils ont autant à apprendre au sein du groupe que le patient lui-même.

      Que diriez-vous à une personne qui hésite à rejoindre l’association pour parler de son diabète ?

      Si elle est nouvelle dans son diabète et qu’elle se sent déstabilisée, si elle se pose beaucoup de questions, alors elle a tout à gagner à partager l’expérience des autres. Et si elle hésite, qu’elle vienne à quelques réunions pour se faire une idée, qu’elle se rende sur le site internet. Elle se rendra vite compte qu’OSE n’est pas comparable aux autres associations et qu’elle ne propose pas que des considérations techniques. Elle réalisera aussi, en consultant les bulletins, que l’humour est toujours au rendez-vous ! Et, dans les réunions, la complicité prend toujours le pas sur les difficultés. 

       

      Illustration : photographie tirée du concours photo intitulé "Vues du Diabète" ® organisé par l'association OSE.

      Date de mise à jour : 
      06/02/2013
  • DAWN2

    Une étude qui vous est consacrée

    DAWN2 est l'étude mondiale la plus importante à ce jour, consacrée aux attitudes, souhaits et besoins des patients et de leur entourage.