• Diabète de A à Z
    • Les traitements

      « J’ai peur des piqures, comment je vais faire pour m’injecter de l’insuline ? »

      Afin d’assurer un suivi précis de votre maladie, il est très utile de tenir un carnet d’autosurveillance au quotidien. Vous pouvez y noter vos mesures de glycémie avec la date et l’heure du test, vos doses de médicaments et les différents éléments qui peuvent affecter votre glycémie (repas plus important, ou activité physique par exemple). 
      Ce carnet sera un outil précieux pour vous aider, ainsi que l’équipe médicale, à traiter votre diabète d’une manière efficace.

      Suivant votre type de diabète, il existe 3 sortes de traitements : les comprimés, les incrétinominétiques, l’insuline sous-cutanée par injection ou avec une pompe à insuline.

      Seul votre médecin, généraliste, endocrinologue ou diabétologue, est habilité à vous prescrire un traitement pour soigner votre diabète.

      Toutefois, si vous êtes soigné par injections d’insuline, il est important de connaître la marche à suivre pour faire l’injection vous-même :

      • Lavez-vous les mains.
      • Remettez en suspension les insulines laiteuses.
      • Fixez l’aiguille jetable sur le stylo puis ôtez  l’onglet de protection.
      • Purgez pour éliminer l’air du stylo et vérifiez le bon fonctionnement du stylo.
      • Sélectionnez la dose d’insuline en tournant la molette du stylo.
      • Formez un pli de peau et piquez dedans.
      • Appuyez à fond sur le bouton-poussoir et attendez au minimum 6 secondes avant de retirer l’aiguille.
      • Jetez l’aiguille après chaque utilisation dans un container prévu à cet effet.

      Afin d’optimiser les effets de vos injections sous cutanées d’insuline, ne faites jamais la piqure au même endroit et apprenez à sélectionner les zones de votre corps qui sont les plus propices :

      • L’abdomen : l’insuline est généralement absorbée plus rapidement à ce niveau, c’est donc un site privilégié pour une injection d’insuline à action rapide.
      • La cuisse : l’insuline y est absorbée plus lentement que dans l’abdomen, c’est pourquoi elle représente un bon site pour s’injecter de l’insuline à action intermédiaire ou prolongée.
      • Le fessier (dans le haut de la fesse) : est une alternative parfois moins facile d’accès.
      • Les deltoïdes : le seul inconvénient étant que vous ne pouvez pas pratiquer l’injection vous-même.

      Attention lorsque vous faites votre injection avant certaines activités : si vous allez travailler en vélo, ne vous piquez pas dans la cuisse avant de partir. L’absorption serait plus rapide du fait de l’activité musculaire. 

      A retenir

      Seul votre médecin peut vous prescrire le traitement adapté à votre diabète. Dans tous les cas, il sera important d’apprendre à maîtriser les bons gestes pour administrer ce traitement, qu’il s’agisse de comprimés, de piqures d’insuline ou d’une pompe. En cas de doute n’hésitez pas à solliciter votre professionnel de santé.

      Textes écrits sous la supervision de Catherine Herdt, Cadre de santé, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Strasbourg, Coordinatrice Administrative Plateforme ETP Alsace (Éducation Thérapeutique Patient).

      Date de mise à jour : 
      20/02/2014
  • Outil pratique

    Mon premier carnet d'autosurveillance

    Pour vous aider à comprendre le diabète, votre traitement et à surveiller votre glycémie.

     

    L'injection

    I comme Injection : Dédramatiser l'injection

    Ces prochaines semaines, retrouvez une série spéciale en 4 épisodes successifs pour mieux comprendre, apprivoiser, accepter et enfin pratiquer le traitement par injection.